Menu Fermer

Regards croisés sur le Sikkim à travers la peinture

Cinq artistes sikkimais dresseront le portrait de cet espace de montagne et rural dans une exposition qui aura lieu du 14 au 18 mai à la Salle de la Chartreuse à Caudéran et à Latresnes (Gironde) que l’association Himalayan Heritage (association ayant pour vocation la défense du patrimoine artistique de ces artistes du Sikkim et de leur patrimoine en général) et que Neela Chandra, association qui s’occupe de la promotion culturelle de l’Inde par la danse qui présentent cette exposition accompagnée d’un film sur le Sikkim.

Aperçu géographique et historique de la région touristique du Sikkim

Lignes géographiques

La région est disséquée à travers des vallées en gorges que décrivent les méandres de la rivière Tista et de ses affluents (vers Lachen à l’ouest et Lachung à l’est, deux vallées radiales), jusqu’au nord où le dénivelé s’accentue depuis Mangan en allant vers le plateau de Yumthang (plus de 3600 m).

      Ce qui frappe le regard, c’est l’immensité des dédales des eaux autour de la Tista ; c’est un des premiers éléments que les touristes peuvent percevoir lorsqu’ils pénètrent vers l’intérieur, en montant petit à petit en altitude ; la rivière Tista est plus large encore, lorsqu’elle arrive au nord du Bangladesh à Chulnari (point de jonction du Brahmapoutre avec la Tista). Le dédale de ses eaux tumultueuses, creuse alors une érosion fluviatile importante qui fascine le voyageur. Le tableau de Rorathang river montre cette rivière tumultueuse moins large que la Tista aux eaux bleuâtres. Déjà dans Benjamin Simpson series, on peut voir une photo de la confluence de la rivière Tista et Rangit qui sont des rivières explorées aussi par le naturaliste Hooker (1817-1911).

Cette région, où les langues et la diversité des couches sociales et des paysages permettent des isolats géographiques, est un lieu de rencontre où les Népalais se sont aussi répandus.

Un peu d’histoire

A partir du couronnement du premier roi du Sikkim (1642), Phunsthog Namgyal (1604-1670), le façonnement de la géographie culturelle et politique du royaume se fait directement sous l’influence des populations Bhotya. Aujourd’hui, le Sikkim porte encore les marques de cet ancien royaume théocratique ; il faut dire que c’est une terre à part et qu’elle va devenir la terre d’implantation d’une forme de bouddhisme, le dzogchen resté traditionnel au Sikkim. La royauté sikkimaise est alors élaborée au XVII ème siècle directement sur le modèle tibétain (Saul Mullard, 2003 et 2011).

Si la culture du Sikkim est assise sur la religion bouddhiste tibétaine, elle n’est cependant pas que tibétaine, car elle a été influencée par les cultures Lepcha et Limbu (G. Kotturan, 1983). Cetteconstruction historique s’est surtout faite dans la région Ouest, où le roi fut couronné, au lieu dit, de Norbu Gang (Ti. Nor bu sgang) en 1642.

C’est le secteur où sont concentrés les principaux monastères du Sikkim, presque tous construits au XVII ème siècle.

Le patrimoine culturel est donc composé de monastères bouddhiques (une centaine au total sur la superficie du Sikkim), mais aussi, avec l’influence indienne, de quelques temples hindous que ‘on retrouve à plus basse altitude.

Une des grandes particularités de la région que nous étudions est effectivement d’être le foyer d’un tourisme familial bengali, ce que les observations de terrain et les chiffres montrent en 2008-2009: soit 82 % du total des visiteurs indiens recensés.

Le voyage des indiens au Sikkim

Dans le désir de découvrir, qu’est ce qui est finalement le plus important ?

Au travers de ces circulations touristiques, quels sont leurs habitudes et comment habitent-ils le lieu le Sikkim (Chiron, 2013).

On remarque qu’au Sikkim, l’objectif des touristes (J. D. Urbain, 2002)  n’est pas que de visiter les centres sacrés car les centres de pèlerinages pour les touristes indiens (en particulier bengali) se trouvent ailleurs en Orissa à Jagannath-Puri, à Bhubaneswar et ailleurs en Inde en Uttarakhand, Uttar Pradesh, au Bihar mais aussi de profiter de tous les lieux d’agréments du Sikkim (jardins, palais, monastères, restaurants et promenades).

Le sens de ces voyages n’est donc pas que religieux car il s’accommode de tout un tas d’autres pratiques corollaires au cours de ces visites et qui ne sont pas futiles.

En effet, les familles indiennes aiment autant visiter les monastères (leur prêtant parfois mais pas toujours un sens religieux) que les belles vallées verdoyantes et d’altitude du Nord du Sikkim (pp. 106-110, Choudhury, 2006). Ecrins de verdure et de neige (à plus haute altitude), « immanquables » pour leur qualité de vie réputée» et la beauté de leurs montagnes enneigées, c’est-à-dire la partie la plus haute l’himal. Ces familles indiennes seront ont été approchées par la langue hindi mais aussi pour ceux qui la parlent par la langue népalaise, le népali (touristes du Bengale Occidental ou touristes népalais).

Au Sikkim, les touristes ont le goût du patrimoine et font du tourisme dit culturel, ce qui consiste en la visite des sites sacrés, des anciennes capitales et autres lieux de pèlerinages. Les touristes indiens avides de curiosité pour la culture locale, manifestent un attrait pour une nourriture différente, mais l’alimentation reste en général indienne car elle règle aussi les rapports de commensalité (Marie Claude Mahias, 1999) en Inde. Ces groupes de touristes restant attachés à leur identité régionale et à leur caste.

La curiosité de ces touristes est plutôt tournée vers la découverte des coutumes locales avec de nombreux festivals de danse populaire comme le Snow Festival à Gangtok ou le festival de Pang Lhabsol à Ravangla, lieu de vie de communautés de réfugiés tibétains. Ces festivals peuvent être peints par les artistes bien qu’ils préfèrent peindre des danses villageoises ou de quartiers comme sur le tableau peint intitulé « Bhaktapur » de Dhiraj Pradhan avec la caste Jyapu du groupe Néwari qui joue dans un quartier de la ville.

Même si ce n’est pas qu’un spectacle et aussi une activité touristique, de plus en plus le paysage est vu comme quelque chose de beau où les classes moyennes indiennes de touristes contemplent à la fois les affiches ou les tableaux de peintures qui renvoient à ce spectacle de la nature et des montagnes himalayennes enneigées directement accessibles (beaucoup de tours operators vous y amènent, internet et les médias le diffusent : voir John Urry, 2011). Puis s’ils ont l’argent et qu’ils ont amateurs enthousiasmé, ils le consomment aussi en achetant des affiches, de  cartes postales ou des tableaux. Il nous faut donc envisager ces représentations et ce aussi par la peinture, moyen de communication, de médiation par la culture.

Les peintres sikkimais peignent et parlent aussi de leur patrimoine et de ce qu’ils peignent.

Des représentations liées à la montagne parfois originales complétées donc par un acte artistique comme la peinture montrent que ces artistes peignent avec passion la nature (pakriti) : le soleil levant, les rizières inondées, les cimes des montagnes, les monuments religieux et les portraits des populations locales dans leur labeur quotidien (travail des grains de blé avec des tamis, concasser le maïs, baratter le beurre, porter du bois de chauffe).

Véronique Bouiller a employé une expression dans un article « ramro-naramro » paru dans Etudes rurales(n°107-108) caractéristique de ces paysages fertiles de rizières et qui sont verts, elle dit : « pani t’chaina, ramro tch’aïna » (V. Bouiller, 1987, p. 45).

Le paysage est fertile donc cultivable que si il y a des terres de riz inondées parce qu’il pleut et le paysage est beau pour cela, sinon il n’est pas beau, pas apprécié. D’ailleurs, elle relève l’expression plus loin (p. 49) de : « sapha herne, hariyo herne, ramro ch’a ra man ramailo huntch’a », « regarder ce qui est propre, regarder ce qui est vert, c’est beau et agréable à l’esprit ». Ces thèmes sous forme de couleurs resurgissent dans les toiles peintes par les artistes népalais du Sikkim où le champ vert cultivé est un des thèmes appréciés mais Véronique Bouiller note quand elle écrit sur ce qu’elle a vu (1987 : p.52) qu’il n’existe pas de paysages dans la peinture népalaise traditionnelle et que celui-ci ne peut être daté.

Aju Chaudhury, artiste bengali qui partage sa vie entre Paris et Kolkata dit au sujet d’une exposition réalisée avec Narayanan Akkitham à la maison des arts d’Anthony que : « Dans la pensée indienne, la nature est une force à part entière de la vie et de l’expansion cosmique reflétées dans chaque particule élémentaire et dans chaque fibre de l’être humain ». On voit donc que les artistes savent exprimer par des mots précis une forme de mysticisme qui les relie à la nature, ce qui sous tend aussi leur création artistique. Effectivement, la résonnance avec le cosmos présente dans la mythologie indienne hindoue emplit l’espace de leur production artistique et presque divine (le roseau et la nature, le souffle de la vie et le divin chez Anju Chaudhury). Ainsi Sagar Subba, peintre Limbu de nos expositions décrit sa peinture sur le bouddhisme comme cela : “The buddhist philosophy is the theme for the mission that has to be carried out worldwide by depiticing the true essence of life (buddhas teachings) through my paintings and the series includes the relationship b/w the mentor and disciple as well. And I feel immense joy to spread this philosophy worldwide ». Dans ces mots, Sagar Subba ressent une forme de communion d’esprit avec la nature et la religion qu’il conçoit comme universellesIci le symbolisme est important, la nature est associée au bouddhisme par le symbole de la feuille. « L’art indien est essentiellement idéaliste, symbolique et transcendantal, en appelle seulement à l’imagination et s’efforce de réaliser la spiritualité par l’abstraction d’une sphère supraterrestre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aquisuds